Archives catégories Phytothérapeute

ETUDE SU.VI.MAX QUELQUES RESULTATS

Premiers resultats de l’etude SUVIMAX

Food TodayL’étude SUVIMAX, l’une des plus importantes études françaises sur les effets des vitamines et minéraux antioxydants prévenant les maladies cardiaques chroniques ainsi que le cancer, a finalement rendu son verdict. Seuls les hommes ont tiré profit des suppléments antioxydants… parce que les femmes suivaient un meilleur régime alimentaire auparavant.

Les experts en nutrition ont dû entendre parler de SUVIMAX. Pour ceux qui n’en ont pas encore entendu parler, voici en quelques mots : SUVIMAX est l’abréviation de suppléments en vitamines et minéraux antioxydants. Il s’agit de la première étude à démontrer que les suppléments alimentaires réduisent aussi bien la mortalité que les risques de cancer en Occident. Cette étude se distingue par l’emploi de taux réels de vitamines et de minéraux antioxydants équivalents à ce qui pourrait être obtenu, de manière naturelle, avec une alimentation équilibrée et riche en fruits et légumes, plutôt que des méga-doses qui n’ont montré aucun résultat positif lors des études précédentes. Selon M. Jean Nève, professeur à l’Université Libre de Bruxelles et membre du Comité Scientifique et du Comité de Surveillance du projet SUVIMAX, cette différence a son importance.

Des années de recherche

Il a fallu huit ans pour réunir les informations sur le régime alimentaire et la santé et prendre des échantillons de sang de 13.000 volontaires, dont 5 000 hommes et 8 000 femmes. Les participants à l’étude en double aveugle – où ni les chercheurs ni les sujets ne savaient à quel groupe ils appartenaient – ont été divisé en deux groupes qui ont pris soit un cocktail d’antioxydants à base de vitamines E et C, de bêta-carotène, de zinc et de sélénium, soit un placebo. Tout au début du projet, des résultats différents ont été obtenus chez les femmes et les hommes : les prises de sang ont révélé que les femmes avaient des taux plus élevés à la fois en vitamines C et en bêta-carotène.

Les hommes à la traîne

La première conclusion des recherches est que les hommes, tout au moins au début de l’étude, du fait de taux moins élevés en bêta-carotène, étaient davantage exposés aux risques de cancer et de maladies cardiovasculaires, ce qui semble être confirmé par d’autres études. En revanche, la situation est autre pour les femmes affichant un taux de bêta-carotène plus élevé. Une analyse plus approfondie démontre une interaction entre la concentration plasmatique en bêta-carotène et la consommation de fruits et légumes. Plus clairement, ceux qui consomment le moins de fruits et légumes, dans ce cas les hommes, ont les taux les moins élevés en bêta-carotène.

Bonnes nouvelles, mais aussi… les mauvaises

La question cruciale est : la consommation accrue d’antioxydants améliore-t-elle la santé ?

  • Qu’il s’agisse des femmes ou des hommes, aucun effet protecteur contre les ischémies cardiaques ne pourrait être attribué à la consommation de suppléments antioxydants.
  • D’autre part et uniquement en ce qui concerne les hommes, une capsule d’antioxydants par jour a réduit les risques de tout type de cancer de 31%.
  • Egalement, le risque de mortalité chez les hommes a considérablement baissé jusqu’à atteindre 37%.

Pas de pilules miracle

La leçon à tirer de l’étude SUVIMAX est claire. Comme l’a montré l’expérience menée sur les femmes, pas besoin de compter entièrement sur les suppléments antioxydants pour réduire les risques de cancer. Une alimentation variée, riche en fruits et légumes est le meilleur moyen de prévention. En revanche, comme il a été observé chez les hommes, ceux qui consomment le moins d’antioxydants dans leur alimentation en ont le plus besoin et peuvent redresser leur équilibre en prenant des suppléments. Ces antioxydants en plus pourraient être pris dans des aliments naturels : par exemple 60g de carottes râpées (beta-carotène) et un kiwi ou une orange (vitamine C), équivalent à la dose prescrite dans SUVIMAX.

Mortality in randomized trials of antioxidant supplements for primary and secondary prevention: systematic review and meta-analysis.

Mortality in randomized trials of antioxidant supplements for primary and secondary prevention: systematic review and meta-analysis.

Abstract

CONTEXT:

Antioxidant supplements are used for prevention of several diseases.

OBJECTIVE:

To assess the effect of antioxidant supplements on mortality in randomized primary and secondary prevention trials. DATA SOURCES AND TRIAL SELECTION: We searched electronic databases and bibliographies published by October 2005. All randomized trials involving adults comparing beta carotene, vitamin A, vitamin C (ascorbic acid), vitamin E, and selenium either singly or combined vs placebo or vs no intervention were included in our analysis. Randomization, blinding, and follow-up were considered markers of bias in the included trials. The effect of antioxidant supplements on all-cause mortality was analyzed with random-effects meta-analyses and reported as relative risk (RR) with 95% confidence intervals (CIs). Meta-regression was used to assess the effect of covariates across the trials.

DATA EXTRACTION:

We included 68 randomized trials with 232 606 participants (385 publications).

DATA SYNTHESIS:

When all low- and high-bias risk trials of antioxidant supplements were pooled together there was no significant effect on mortality (RR, 1.02; 95% CI, 0.98-1.06). Multivariate meta-regression analyses showed that low-bias risk trials (RR, 1.16; 95% CI, 1.04[corrected]-1.29) and selenium (RR, 0.998; 95% CI, 0.997-0.9995) were significantly associated with mortality. In 47 low-bias trials with 180 938 participants, the antioxidant supplements significantly increased mortality (RR, 1.05; 95% CI, 1.02-1.08). In low-bias risk trials, after exclusion of selenium trials, beta carotene (RR, 1.07; 95% CI, 1.02-1.11), vitamin A (RR, 1.16; 95% CI, 1.10-1.24), and vitamin E (RR, 1.04; 95% CI, 1.01-1.07), singly or combined, significantly increased mortality. Vitamin C and selenium had no significant effect on mortality.

CONCLUSIONS:

Treatment with beta carotene, vitamin A, and vitamin E may increase mortality. The potential roles of vitamin C and selenium on mortality need further study.

Méta analyse sur la prévention primaire et secondaire de la mortalité par la supplémentation aux antioxydants

Mortality in randomized trials of antioxidant supplements for primary and secondary prevention: systematic review and meta-analysis.

Bjelakovic G1, Nikolova DGluud LLSimonetti RGGluud C

JAMA. 2007 Feb 28;297(8):842-57

(Méta analyse sur la prévention primaire et secondaire de la mortalité par la supplémentation aux antioxydants)

Abstract

CONTEXT:

Antioxidant supplements are used for prevention of several diseases.

OBJECTIVE:

To assess the effect of antioxidant supplements on mortality in randomized primary and secondary prevention trials. DATA SOURCES AND TRIAL SELECTION: We searched electronic databases and bibliographies published by October 2005. All randomized trials involving adults comparing beta carotene, vitamin A, vitamin C (ascorbic acid), vitamin E, and selenium either singly or combined vs placebo or vs no intervention were included in our analysis. Randomization, blinding, and follow-up were considered markers of bias in the included trials. The effect of antioxidant supplements on all-cause mortality was analyzed with random-effects meta-analyses and reported as relative risk (RR) with 95% confidence intervals (CIs). Meta-regression was used to assess the effect of covariates across the trials.

DATA EXTRACTION:

We included 68 randomized trials with 232 606 participants (385 publications).

DATA SYNTHESIS:

When all low- and high-bias risk trials of antioxidant supplements were pooled together there was no significant effect on mortality (RR, 1.02; 95% CI, 0.98-1.06). Multivariate meta-regression analyses showed that low-bias risk trials (RR, 1.16; 95% CI, 1.04[corrected]-1.29) and selenium (RR, 0.998; 95% CI, 0.997-0.9995) were significantly associated with mortality. In 47 low-bias trials with 180 938 participants, the antioxidant supplements significantly increased mortality (RR, 1.05; 95% CI, 1.02-1.08). In low-bias risk trials, after exclusion of selenium trials, beta carotene (RR, 1.07; 95% CI, 1.02-1.11), vitamin A (RR, 1.16; 95% CI, 1.10-1.24), and vitamin E (RR, 1.04; 95% CI, 1.01-1.07), singly or combined, significantly increased mortality. Vitamin C and selenium had no significant effect on mortality.

CONCLUSIONS:

Treatment with beta carotene, vitamin A, and vitamin E may increase mortality. The potential roles of vitamin C and selenium on mortality need further study.

 

Proanthocyanidines oligomériques ou Bioflavanoïdes

Antioxydant 20 fois plus puissant que la vitamine C et 50 fois plus puissant que la vitamine E.

Hydrosoluble

Capacité d’interagir avec les cellules et leurs protéines pendant plus de 72 heures en les protégeant de l’oxydation et des dommages des radicaux libres.

Capables de traverser la barrière hématoméningée

PHYTONUTRIMENTS (phytochemicals)

PHYTONUTRIMENTS

Composés non nutritifs trouvés dans l’alimentation dérivée de plantes qui possèdent une activité biologique dans l’organisme

Contribuent à la saveur, l’arôme, la couler et autres caractéristiques de la nourriture.

Agissent comme antioxydants , imitant les hormones et ralentissant le développement des maladies.

Travaillent mieux lorsque combinés à d’autres phytonutriments.

PRINCIPAUX PHYTONUTRIMENTS

ALIMENTS                                                                            Phytonutriments

oignons, ail ,                                                                         Allyl sulfides

Brocolis , choux de Bruxelles                                    indoles,glucosinolates,

isothiocyanates, thiols, thiocyanates

Tomate , piment                                                                lycopène

Carottes , céleri, persil,                                             caroténoïdes,Phthalides,

polyacétylènes

Artichaut                                                                     silymarin

Oranges,citron, pamplemousse,                             monoterpènes,caroténoïdes

Autres fruits cerises, pommes, melons,                   ellagic acid , phénol, flavonoïdes                                                                                              ,quercetine

Aliments en grain,le riz,                                                flavonoïdes , acide phytique,

saponines

Herbes , épices , basiliques, thym, gingembre           gingérol,flavonoïdes , monterpènes

Thé vert                                                                           glycyrrhizine Catechines

Beaucoup restent à découvrir

Les brocolis sulforaphane, une substance qui combat le cancer et le stress oxydatif,

Les tomates contiennent du lycopène peuvent protéger du cancer , prostate et autre , et lutter contre le stress oxydatif

L’ail , avec son allicine peut réduire le cholestérol sanguin et protéger contre le cancer de l’estomac.

Riches en flavonoïdes , les pommes peuvent protéger contre le cancer du poumon

Les myrtilles, riches en flavonoïdes, améliorent la mémoire chez l’animal,

Le limoneme des agrumes peut inhiber le développement du cancer, de plus riche en vitamine C

isoflavone de soja semble affamer les cellules cancéreuses et inhiber la croissance cellulaire, ils peuvent aussi diminuer les taux de cholestérol sanguin et protéger les artères.

Le Resveratrol du raisin protège contre la cancer en inhibant la croissance cellulaire et contre les maladies cardiaques  en limitant la formation de caillots

 

 

VITAMINE C (ascorbic acid)

VITAMINE C

Donne ses électrons facilement lorsque nécessaire

Aide à régénérer la viatamine E

Peut les recevoir à nouveau pour devenir réactifs, ce qui leur donne la capacité de se recycler à l’infini.

Protège l’oxygène et le fer de l’oxydation

Protège du stress oxydatif

Aide à la protection des artères contre les dommages oxydatifs

Hydrosoluble et peut être éliminé rapidement , environ 24-48 h de rétention avant excrétion

 

ALIMENTS RICHES EN Vitamine E

ALIMENTS RICHES EN VITAMINE E

Portions                              vitamine E

huile de germe de blé                             15 ml (1 cà table)                       21 mg

Amandes non blanchies, rôties à sec ou dans l’huile ou déshydratées   60 ml   9-18 mg

Graines de tournesol rôties à sec                      60 ml                              8 mg

Noisettes , avelines non blanches, rôties à sec   60 ml                        5-8 mg

Huile de tournesol                                                 15 ml                            7 mg

Huile de carthame                                                 15 ml                            7 mg

Céréales à déjeuner , 100 % son (type All bran)    30 g                            3.5 mg

Boisson de soya enrichie                                        250 ml                         3 mg

Huile de maïs ou de canola                                       15 ml                          3 mg

Arachides  rôties dans l’huile                                    60 ml                            2-3 mg

Huile de soya                                                            15 ml                              3 mg

Pâte de tomate en conserve                                      60 ml                              3 mg

Graines de lin                                                              60 ml                              2 mg

Son de maïs ou de blé brut                                           30 g                               2 mg

 

VITAMINE E Valeurs nutritionnelles en fonction de l'âge

De 0 à 6 mois    4 mg/6ui

de 7 à 12 mois   5 mg /7.5 ui

de 1 à 3 ans      6 mg/9ui

de 4 à 8 ans 7 mg /10.5 ui

de 9 à 13 ans 11 g/ 16.5 ui

14 ans et plus 15 mg/22.5 ui

femmes enceintes   15mg/22.5 ui

femmes qui allaitent 19 mg/28.5 ui

VITAMINE E

VITAMINE E

Antioxydant liposoluble

Absorbé dans l’intestin  grêle

Première défense contre les effets des radicaux libres dans l’organisme

Protection des membranes cellulaires

stocké dans le foie et les adipocytes

Protège les composants cellulaires et leur membrane

Protection des membranes cellulaires

RDA homme 15 mg/j

RDA femme 15 mg/j

Les tissus cellulaires exposés aux quantités les plus importantes des radicaux libres semblent contenir a plus grande quantité de vitamine E

ACIDE ALPHA LIPOIQUE

ACIDE ALPHA LIPOÏQUE

Premier antioxydant des mitochondries . Il va régénérer tous les antioxydants qui  une fois qu’ils ont capté un électron, sont oxydés.

Antioxydant universel

Augmente l’ensemble des antioxydants du corps , notamment le gluthation et le coenzyme Q10

capacité à neutraliser de nombreux radicaux libres différents

Traverse la barrière hémato méningée (protège le système nerveux )

Réduit les lésons de l’ADN de façon directe et indirecte

Meilleur antioxydant mitochondrial

Antioxydant important qui aide au recyclage des autres antioxydants pour aider à neutraliser les radicaux libres en milieu hydrosoluble et liposoluble

le brocolis est l’aliment qui en contient le plus.